• Le mariage, enfin!

    Bonjour à tous, je fais une petite pause dans mes révisions pour vous raconter la beauté du mariage de Foulques et Fabiola, ce sera mon dernier article avant le BAC de français car il va falloir réellement travailler maintenant.

    Samedi matin, comme prévu, nous avons été poser les livrets de messe sur chaque chaise de l’église. 

    Pour le déjeuner, quelques cousins sont arrivés. Bon-Papa et Bonne-Maman sont venus aider, on a déjeuné en quatrième vitesse car la messe du mariage était à 15h.

    Fabiola parcourait une dernière fois la propriété des grands-parents en robe de mariée afin d'être sûre que tout soit parfait.

    Elle était à la maison depuis 3 jours, elle ne souhaitait pas voir son fiancé les 3 jours précédant la noce. Il la verrait pour la première fois avec sa robe de mariée, sur le parvis de l’église avant de commencer la procession. Nous sommes arrivés à l’église une heure avant le début de la messe, pour accueillir la famille et les amis.

    Foulques et sa famille arrivèrent à peu près en même temps que nous. J’aime le regard amoureux qu’il pose sur ma grande sœur. Pour le moment, il lui glisse seulement un petit baiser sur la joue (on ne s’embrasse jamais le jour du mariage avant d’avoir reçu le consentement). 

    15h sonne, c’est le moment, l’église est remplie. La cérémonie va commencer. Nous rentrons dans l’église avec Maman et mes 7 frères et sœurs, aujourd’hui c’est une place d’honneur, nous sommes au premier rang (en VIP). 

    Un extrait du 21ème concerto de Mozart est lancé dans l’église 

    Foulques s’avance dans la grande allée de l’église avec sa maman sous le bras et derrière eux, précède mon cher Papa habillé d’une magnifique queue de pie marchant très fier d’apporter sa fille au garçon qu’elle aime afin qu’ils se promettent l’amour éternel devant Dieu. 

    Derrière Fabiola, suivent les enfants d’honneurs : Calixte, Guerric, Quitterie, Gabriel, Pétronille et Sophie.

    La messe fut absolument magnifique, j’ai réussi à verser ma petite larme (comme à chaque cérémonie religieuse importante) lorsque Foucauld et Arnauld ont chantés le chant de communion avec une magnifique deuxième voix, ce fut si émouvant… 

    Mais, le moment de la célébration le plus beau fut bien le moment où toute l’église passionnée par ce genres de fêtes entendit la belle voix de Foulques résonner dans le micro pour y dire la phrase tant attendu par Fabiola depuis 2 ans  « Fabiola, veux-tu être ma femme ? » ou encore «  Je te reçois comme épouse et je me donne à toi pour nous aimer fidèlement, dans le bonheur ou dans les épreuves, et nous soutenir l'un l'autre, tout au long de notre vie ».

    C’est magnifique ! C’est magique ! C’est époustouflant !

    La cérémonie est terminée, ça y est ma Fabio est mariée !!!  

    Foulques et Fabiola ressortent tout les deux bras dessus bras dessous, fiers comme je ne l’avais encore jamais vu. Sur le parvis de l’église, ils ont le droit à la photo traditionnelle faite à chaque mariage à la sortie de l’église, le sourire jusqu’aux oreilles.  Puis Fabiola tourna la tête vers son mari (oui, maintenant je peux le dire), il la regarda tendrement et l’embrassa devant la foule d’amis et famille qui les bombardaient de photos. 

    Je vois partir dans la belle traction de Bon-Papa avec Foulques et Fabiola conduite par un de mes cousins (Vianney, le fils de Tante Gwenn et Oncle Philippe). 

    La voiture à peine démarrée, Vianney s’arrête car le voile de Fabiola s’est envolé avec le vent. Foulques, de sa plus grande galanterie, descend de la voiture, rattrape le voile de sa femme, lui redonne en lui posant un délicat baiser sur les lèvres. 

    La traction de Bon-Papa pénétra dans la propriété de famille de Grand-Papa et Grand-Maman. Suivirent toutes les autres voitures des gens étant invités au cocktail. 

    Tout de suite, les photos du mariage commencèrent, notre famille eu le droit à la photo avec les frères et sœurs, les frères et sœurs et les parents, les frères et sœurs et les cousins, les oncle et tantes… Les petites filles d’honneurs eurent le droit elles aussi à leur tour de pause photo.

    Après tout cela, il faut faire le tour des invités, arriver vers les gens, se présenter… et je vous assure que c’est trèèèès long ! Il nous faut aussi nous occuper de nos cousins « issus de germain » car ils sont quand même de la famille même si nous les voyons si peu. 

    On bavarde, on déguste la bonne cuisine du traiteur…

    Vers 20h, les gens n’étant pas conviés au dîner repartirent et c’est à ce moment là que la fête commença réellement !

    Tout d’abord, avant de servir le dîner, quelques petites surprises pour Foulques et Fabiola avaient été préparées. Foucauld et moi avions préparé un magnifique diaporama pour notre grande sœur chérie remplie de photos plutôt dévalorisantes d’elle ces dernières années… « VIVE SNAPCHAT » pour ce genre de choses ! Foulques a bien ri et nous a avoué que même sous ces aspects, il aimait toujours Fabiola (ouf, rassurés). Le frère de Foulques, Andéol, lui aussi avait préparé un diapo pour son frère, un peu du même style, ce fut vraiment sympa. Tout le monde a beaucoup apprécié ce genre de plaisanteries!

    Un autre diaporama fut réalisé par le groupe d’amis de Foulques et Fabiola, de nombreuses photos, d’eux tous, en vacances en Bretagne, à bord d’un voilier (barré par Fabio), arrachant les betteraves montées, sautant dans une flaque d’eau…Enfin tous genres de photos bien drôles !

    Et pour finir cela, Papa fit un petit discours pour Fabiola qui mit les larmes aux yeux à tout le monde, mon père, un vrai poète : 

    « Ma petite Fabiola, Tout d’abord, un GRAND MERCI de m’avoir rendu si heureux ces dernières années que tu as passé sous notre toit. Ce fut un pur bonheur. Et surtout, un GRAND MERCI pour ce que tu es, Merci pour la joie de vivre que tu poses sur chacun d’entre nous, Merci pour ton sourire, Merci pour tout Fabiola.  Après t’avoir mis les larmes aux yeux comme je le souhaitais, je voudrais maintenant essayer de te faire rire un instant. J’aimerais partager avec vous chers amis, une petite anecdote de la vie de Fabiola. Alors que tu avais à peine 4 ans, nous marchions tous les deux sur un chemin de campagne, tous deux très fier de tenir la main de l’autre, lorsque tu me dis « Papa, moi, quand je serai grande, j’aimerai pas les garçons parce qu’ils sont tous bêtes, sauf toi Papa bien sûr », je te regardais en souriant et te dis « Tu te trompes Fabio, tu verras, quand tu grandiras, ces idées te passeront, je te l’assure », très déterminée, tu insistais disant que tu étais sûre de toi. Ma chérie, je crois bien que j’ai raison… Et oui, ne l’oublie pas, un père a toujours raison ! Voilà, maintenant que tu es parti de la maison définitivement et que tu es mariée, avec Dieu merci, un garçon qui me convient très bien, je ne peux que t’encourager dans ta réelle vie d’adulte. Je te souhaite toute la chance possible et imaginable avec Foulques, faites nous de beaux petits enfants et surtout, rendez les heureux comme tu sauras faire, j’en suis certaine ! Encore bravo à ma fille chérie et que la fête commence ! » 

    Après ce beau discours de Papa qui ému la plupart des personnes rassemblée autour de lui, 6 de mes cousines préparèrent un sketch imitant toutes les manies que l’on peut trouver sur Fabiola, ce fut très très drôle.

    Le dîner commença. Nous étions sur une table de 12 personnes avec Foucauld (mon frère), Arnauld (mon cousin), Diane (ma cousine), Vianney (un autre cousin), Gabrielle (une autre cousine). Et nous avons fait connaissance avec des gens adorables qui sont de très bons amis de la famille de Foulques, il y avait  Erwan qui a 18 ans (j’étais à côté de lui à table), Agathe, sa sœur qui a mon âge et qui était absolument adorable aussi ! Il y avait aussi Paul (un de mes cousins du côté de maman), Bérangère (une de mes cousines maternelle), Thomas (un cousin issu de germain) et Marianne (une cousine germaine du côté de Maman). 

    Ce fut un superbe repas, avec de nouvelles connaissances, j’ai même pu mieux découvrir quelques uns de mes cousins, car nous sommes tellement du côté de Maman que je ne les connais pas tous si bien… J’ai particulièrement fais connaissance avec Agathe et son frère Erwan. On s’est racontés nos petites vies, nos stress scolaires, nos histoire de fin d’année, nos soirées… notre vie d’ados quoi !

    Pendant le dessert, une catastrophe est arrivée ! Alors qu’Erwan revenait à sa place avec un bol remplie de fraises, j’ai eu la très mauvaise idée de reculer ma chaise au moment où il est passé juste derrière, le bol fut donc renversé et le bon jus de fraise rouge fut renversé sur ma robe… Ma belle robe bleu !!! NONNNNN !!!! 

    Erwan si confus, si gêné et moi tout autant me proposa de m’aider à rattraper ma tache rouge… Je suis donc partie dans la cuisine de Grandma, j’ai essayé d’essuyer la tache comme je pouvais, Erwan est vraiment un garçon poli, il m’a aidé à frotter et miracle « LA TACHE EST PARTIE !!!! ». 

    J’ai donc aidé Erwan à ramasser les morceaux de verres qui trainaient par terre… 

    Puis, après le dîner, Foulques ouvrit le bal avec Fabiola,

    On commença par la valse, Foulques a une qualité très particulière, il danse magnifiquement bien ! Fabiola fut invitée à danser par Foulques, en premier lieu (que demander de plus ?), puis par Papa, puis Bon-Papa, Foucauld, Oncle Loïc et nombreux de ses amis… 

     Puis vinrent les rocks, ENFIN, j’aime tellement ça ! Fabiola dansa avec tous ses fans (ses potes et presque tous mes cousins), elle me l’a avouée, c’est très difficile le rock avec une robe de mariée.

    Foucauld m’a invitée à un rock acrobatique, très très sportif mais génial ! Papa m’a fait danser quelques passes et Erwan, pour se faire excuser du jus de fraise sur ma robe, m’invita à danser (je dois bien l’avouer, il danse très bien). Après ces quelques rocks, Foucauld, Arnauld et Erwan partirent fumer… Nous les avons suivi avec Diane et Agathe. Mais moi, je ne fume pas, j’en suis d’ailleurs très fière ! On resta longtemps ici à parler tel de bons amis qui se connaissaient depuis toujours… 

    Après ça, on a fait visiter la propriété de Grandpa et Grandma à Arnauld, Diane, Erwan et Agathe. C’est quand même vrai, on a une chance immense, cette propriété est magnifique ! Même de nuit et surtout, un jour de mariage ! 

    Après cette petite balade nocturne, nous retournions vers la piste de danse qui commençait à se vider, tout comme le reste. Il était 3heures30. Fabiola et Foulques repartirent tous deux un peu plus tôt que nous. Pas besoin de vous faire un dessin, je suppose que vous avez compris. Si vous saviez à quel point je suis heureuse pour ma sœur mais aussi à quel point je suis triste de ne plus l’avoir pour moi, à mes côtés, comme une grande sœur avec qui on se chamaille pour des vêtements, pour des histoires de filles… je sais que tout cela va être terminé maintenant. Elle va offrir son corps à un garçon que j’adore, mais elle ne sera plus jamais la Fabio qu’elle a été à l’âge de ses 18 ans en fin de crise d’ado à m’embêter pour un rien… cela me manquera, j’en suis sûre ! 

    Retour vers la piste de danse, Arnauld et Vianney m’invitèrent à danser un rock et pour clore la soirée, Erwan me proposa à nouveau de danser mais cette fois ci, un rock acrobatique (il ne fut pas aussi sportif qu’avec Foucauld, mais presque).

    Il est désormais cinq heures du matin, les cousins commencent à repartir, Erwan et Agathe aussi. Avant leur départ, on a chacun pris nos numéros de téléphones respectifs et on s’est promis de se revoir très vite, tel de meilleurs amis.

    Cette magnifique fête s’acheva, ce fut si beau, si merveilleux… 

    Merci Seigneur, protégez ma sœur, merci pour cette rencontre avec Agathe et Erwan, que je vous aime ô mon Dieu


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :